Avisenfolie

6 octobre 2013

Le livre sans nom de Anonyme

Classé dans : Thrillers/policiers — avisenfolie @ 10 h 51 min

Le livre sans nom de Anonyme dans Thrillers/policiers image-185x300

4ème de couverture :

Santa Mondega, une ville d’Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets.
Un serial killer qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom. La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique. Deux flics très spéciaux, des barons du crime, des moines férus d’arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d’oeil à Seven et à The Ring, et voilà le thriller le plus rock’n'roll et le plus jubilatoire de l’année ! Diffusé anonymement sur Internet en 2007, cet ouvrage aussi original que réjouissant est vite devenu culte.
II a ensuite été publié en Angleterre puis aux Etats-Unis, où il connaît un succès fulgurant.

Mon avis :

Cela faisait un petit moment que ce roman m’attendait, sagement, dans ma PAL.
Je ne m’attendais pas du tout à une histoire de ce genre… Du coup, je l’ai trouvé un peu bizarre, mais en y réfléchissant, le livre n’a ni nom ni auteur alors c’est pas tellement étonnant!

C’est assez bien écrit, c’est pas de la grande littérature mais la lecture est fluide et entraînante. C’est frais et agréable de lire des livres plus simple parfois :-)
Et pour le coup, j’avais un peu, mais pas trop, vu venir la fin…

En somme, un 4/5 pour ce roman!

26 juillet 2013

Le troisième secret de Steve Berry

Classé dans : Thrillers/policiers — avisenfolie @ 19 h 25 min

Le troisième secret de Steve Berry dans Thrillers/policiers image20-179x300

4ème de couverture :

1917, Fatima, Portugal : la Vierge apparaît à la jeune Lucia et lui confie trois secrets. Les deux premiers sont rendus publics. Mais rien ne filtre concernant le troisième, jusqu’à ce que Jean-Paul II en livre, en 2000, une  » version officielle  » immédiatement mise en doute.
2005, Rome, Vatican : le souverain pontife envoie son homme de confiance, monseigneur Michener, en Roumanie afin de transmettre un message confidentiel à un Vieux prêtre. Michener découvre que celui-ci est le traducteur du mystérieux troisième secret. Dès lors, il devra faire preuve de toute son habileté pour déjouer la conspiration qui le guette et échapper à ceux qui, dans l’ombre, veulent à tout prix garder cachée la terrible vérité. Car, si elle était dévoilée, les fondements mêmes de l’Eglise en seraient menacés…
 » Un nouveau thriller ésotérique… et diabolique.  »

Mon avis :

1er Livre lu pendant la ronde des livres 2. Fin janvier.

Au premier abord, je dois avouer que j’ai eu un peu peur. Une histoire au Vatican, avec des prêtres, le pape et tout le tintouin, ça me branchait pas trop.
Alors oui, le livre est très accès religion, mais même si on n’y connaît rien, tout est expliqué dans la 1ère partie, enfin, du moins ce qu’on a besoin de savoir pour notre histoire.
J’ai beaucoup apprecié le style de Steve Berry, la lecture est fluide et assez simple. On voit cependant que l’auteur (ou du moins le traducteur) a du vocabulaire.
L’action dans le livre croît à mesure qu’on avance. À chaque partie j’ai eu le sentiment de monter une marche de plus.
L’auteur a, apparemment, fait pas mal de recherches pour que son roman soit crédible et surtout « fidèle » à l’histoire de l’église. (Bien que ce soit difficile à vérifier pour une Athée comme moi..)

En faite, seule la fin, la révélation du 3ème secret, m’a déçue. Je m’attendais à quelque chose de moins évident… Peut être un peu plus spectaculaire…

J’ai noté ce livre 4/5. Je pense que même si l’histoire au départ ne nous tente pas, il ne faut pas hésiter à ce lancer. Très bonne lecture. Merci DrDrey

7 juillet 2013

Un employé modèle de Paul Cleave

Classé dans : Thrillers/policiers — avisenfolie @ 1 h 56 min

Un employé modèle de Paul Cleave dans Thrillers/policiers image2-190x300

4ème de couverture :

Un serial killer mène l’enquête.

Christchurch, Nouvelle-Zélande. Joe Middleton contrôle les moindres aspects de son existence. Célibataire, aux petits soins pour sa mère, il travaille comme homme de ménage au commissariat central de la ville. Ce qui lui permet d’être au fait des enquêtes criminelles en cours. En particulier celle relative au Boucher de Christchurch, un serial killer sanguinaire accusé d’avoir tué ces dernières semaines sept femmes dans des conditions atroces. Même si les modes opératoires sont semblables, Joe sait qu’une de ces femmes n’a pas été tuée par le Boucher de Christchurch. Il en est même certain, pour la simple raison qu’il est le Boucher de Christchurch.
Contrarié par ce coup du sort, Joe décide de mener sa propre enquête, afin de démasquer lui-même le plagiaire. Et, pourquoi pas, de lui faire endosser la responsabilité des autres meurtres. Ayant accès à toutes les données de la police, il va d’abord se concentrer sur cette « septième victime » pour tenter de connaître le mobile du tueur. Il lui faudra ensuite savoir comment l’homme qu’il cherche a pu avoir connaissance de son mode opératoire dans les moindres détails, au point de leurrer les forces de l’ordre. Se mettre dans la peau du tueur, en quelque sorte : ça, il connaît !

Variation sublime sur le thème du tueur en série, ce roman d’une originalité confondante transfigure tous les clichés du genre et révèle un nouvel auteur, dont on n’a pas fini d’entendre parler.

« La plupart des gens reviennent de Nouvelle-Zélande en parlant des paysages stupéfiants. J’en suis revenu, moi, avec un seul nom à la bouche, Paul Cleave. Vous n’oublierez pas son livre de sitôt : de rebondissement en rebondissement, il vous emporte littéralement. » Mark Billingham
« Vous ne savez pas ce qu’ »addictif » signifie ? Lisez Paul Cleave, et vous le saurez. » Sunday Telegraph

Paul Cleave est né à Christchurch, Nouvelle-Zélande, en 1974. Un employé modèle est son premier roman. Il a connu un succès international retentissant, se classant dès sa parution en tête des meilleures ventes en Allemagne, au Japon, en Nouvelle Zélande et en Australie.

Mon avis :

J’ai adoré ce roman. J’ai adoré les personnages. J’ai adoré le style. J’ai tout adoré. Je le classe dans mes coups de cœurs. C’est un roman génial. Avec de l’humour, beaucoup d’humour, du suspens et du trash (bah oui, c’est un thriller donc il en faut!!).
Une scène en particulier m’a perturbée, je n’en dirai rien mais j’en ai eu la nausée!!!

J’ai adoré le jeu de l’auteur entre Joe et Sally.

Il y a juste un point négatif dans ce livre. Certains passages sont un peu homophobes et c’est assez déplaisant… Mais bon…
J’ai peur de vous en dévoiler trop si j’en dis plus, donc je ne dis plus rien.

Vous y pensiez, n’hésitez plus… Ce roman est à lire, cet auteur, à découvrir.

Un gros 4/5 pour moi :-)

20 mai 2013

Le livre des morts de Glenn Cooper

Classé dans : Thrillers/policiers — avisenfolie @ 2 h 33 min

Le livre des morts de Glenn Cooper dans Thrillers/policiers image4-180x300

4ème de couverture :

New York, mai 2009. Six morts violentes se succèdent en quelques jours. Les victimes n’ont aucun point commun, hormis d’avoir reçu quelques jours plus tôt une carte postale de Las Vegas, avec, inscrite dessus, une simple date, celle du jour de leur mort. Très vite, la presse s’empare de l’affaire, et celui qu’elle surnomme « Le tueur de l’Apocalypse» a tôt fait de semer la psychose dans la ville. Désorientées par l’absence d’indices, les autorités se tournent vers Will Piper, ancien profiler d’élite, dont la carrière a brutalement été interrompue à la suite d’un drame personnel. Lorsque de nouvelles cibles reçoivent à leur tour des cartes postales leur indiquant le jour de leur mort, Will va tout mettre en oeuvre pour empêcher le tueur d’agir à nouveau. Mais les noms des victimes sont déjà dans Le Livre des morts. L’enquête de Will ne va pas tarder à prendre un tournant complètement imprévu pour le mener au coeur des secrets les mieux gardés du gouvernement américain. Une mission confidentielle de Winston Churchill en 1947 auprès du président Truman, un monastère sur l’île de Wight, Area 51 : autant de pièces d?un puzzle machiavélique, que Will devra résoudre pour faire triompher la vérité.
Avec cet ouvrage à la construction remarquable et à l’intensité dramatique époustouflante, Glenn Cooper manipule le lecteur et nous offre un thriller envoûtant, idéal pour les amateurs de suspense, les passionnés d’histoire, et pour tous ceux qui aiment les livres qu’on ne peut pas lâcher.

Mon avis :

« Et pour tout ceux qui aiment les livres qu’on ne peut pas lâcher. » : c’est vrai! Arrêter de lire pour aller dormir est vite devenu une torture!
L’histoire est merveilleusement bien menée et très intrigante!
C’est très bien écrit, c’est fluide, doux et violent. Franchement même si je ne l’aurais pas mis dans la catégorie thriller mais plutôt « policier fantasque », ce livre est génial!

J’ai cependant un petite chose à lui reprocher… Les personnages… Ils ont beaux être intéressant, on se retrouve encore avec le flic beau gosse alcoolique et rebelle. La cheftaine au mauvais caractère et la douce partenaire hyper naïve…
Je trouve ça vraiment dommage même si je commence à croire que c’est un schéma incontournable…

Je lui met la note de 4,5/5!

14 mai 2013

Les lieux sombres de Gillian Flynn

Classé dans : Thrillers/policiers — avisenfolie @ 15 h 36 min

Les lieux sombres de Gillian Flynn dans Thrillers/policiers image2-185x300

4ème de couverture :

Libby Day avait sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs ont été assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille a désigné le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de quinze ans. Au début des années 1980, ce fait divers a ému toute l’Amérique et la jeune Libby est devenue une sorte de symbole de l’innocence bafouée.
Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s’est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique. Encouragée par une association d’un type très particulier, elle accepte pour la première fois de revisiter les lieux sombres de son passé. C’est là, dans un Middle West désolé, dévasté par la crise économique et sociale, qu’une vérité inimaginable commence à émerger. Et Libby n’aura pas d’autre choix pour se reconstruire, et, peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l’affaire, quelles qu’en soient les conséquences.
Bien loin des clichés et du manichéisme qui encombrent la plupart des thrillers contemporains, Gillian Flynn nous offre ici une intrigue d’une densité rare, des personnages complexes, tragiques, terriblement humains. Considérée dès son premier roman, Sur ma peau, comme l’une des voix les plus originales du thriller contemporain, elle confirme avec ce livre, où l’on retrouve son style intense et viscéral, si remarquable, son immense talent.

« Gillian Flynn est une surdouée. Que sa plume se fasse acide ou lyrique, son style est toujours remarquable, d’une force d’émotion souvent perturbante. Je connais peu d’écrivains qui savent saisir aussi bien qu’elle les déficiences et les tentations obscures de l’âme humaine. » The Washington Post

« Un livre plus qu’impressionnant. Quand, dans les dernières pages, la vérité commence à se dévoiler, elle est si époustouflante que même le plus malin des lecteurs n’aurait pu l’imaginer. » Publishers Weekly

Mon avis :

Je n’étais pas franchement enthousiaste au début de cette lecture… Je trouvais le style de l’auteure, ou tout du moins du traducteur, un peu trop vulgaire…

Mais j’ai vite eu envie de savoir le fin mot de cette histoire. Ça m’a beaucoup fait pensé à la série ColdCase avec des scènes du présent et d’autres en flash back au moment des meurtres.
Les chapitres du passé nous révèlent l’histoire selon le point de vue de la mère de Libby, de son frère et d’elle même. Ce qui nous permet de comprendre les subtilités de la vie de cette famille. Mais surtout de s’attacher à ces personnages!

L’histoire est intéressante, mais la façon de la raconter est ce qui est vraiment intéressant dans ce livre.

Je lui mets la note de 3,5/5.

30 avril 2013

L’invisible de Robert Pobi

Classé dans : Thrillers/policiers — avisenfolie @ 23 h 43 min

L'invisible de Robert Pobi dans Thrillers/policiers image6-190x300

4ème de couverture :

Après Les Visages de Jesse Kellerman, après Avant d’aller dormir de S.-J. Watson, L’Invisible, de Robert Pobi, la nouvelle révélation Sonatine.

Montauk, Nouvelle-Angleterre. Jack Cole revient pour la première fois depuis près de trente ans dans la maison où il a grandi. Son père, Jacob Coleridge, un peintre reconnu et célébré dans tout le pays à l’égal de Jackson Pollock, y vit reclus depuis des années, souffrant de la maladie d’Alzheimer. Son état a récemment empiré et une crise de démence l’a conduit à l’hôpital. Si ses jours ne sont pas en danger, ses moments de lucidité sont rares. Jack, qui a le corps entièrement tatoué d’un chant de L’Enfer de Dante, souvenir d’une jeunesse perturbée, est lui aussi un artiste en son genre. Travaillant en indépendant pour le FBI, il possède un don unique pour lire les scènes de crime et entrer dans l’esprit des psychopathes. Alors qu’un terrible ouragan s’approche des côtes, Dan Hauser, le shérif de la ville, profite de la présence de Jack pour lui demander de l’aider à résoudre un double assassinat, celui d’une femme et d’un enfant dont on ignore les identités. Devant la méthode employée par le tueur, Jack ne peut s’empêcher de faire le lien avec un autre crime, jamais résolu, le meurtre de sa mère lorsqu’il avait 12 ans. Alors que le village est bientôt coupé du monde par la tempête, les meurtres se succèdent et Jack est bientôt convaincu que son père connaît l’identité de l’assassin. La clé réside-t-elle dans les 5 000 mystérieux tableaux qu’il a peints inlassablement ces dernières années et qui semblent constituer une sorte d’étrange puzzle ? C’est dans l’esprit de son père que Jack va cette fois devoir entrer, comme il entre d’habitude dans celui des criminels, pour trouver une vérité complètement inattendue.

Dans ce premier roman impressionnant, Robert Pobi s’intéresse à un trait commun que partagent artistes, médecins et policiers, celui d’interroger obsessionnellement les apparences afin d’atteindre, peut-être, la vérité qui se cache derrière. Avec une efficacité et une maîtrise dignes des plus grands auteurs de thrillers, il tient le lecteur en haleine de la première à la dernière page, au fil d’une intrigue machiavélique, jusqu’au coup de théâtre final, qui place le livre au niveau des plus grandes réussites du genre. Inlassable voyageur, Robert Pobi a longtemps travaillé dans le monde des antiquités. Il vit au Canada.

Mon avis :

Je suis scotchée, encore envoûtée, par ce thriller dont je n’avais jamais entendu parler. Que j’ai eu par quelqu’un qui n’en voulait pas…

D’aussi loin que je me souvienne, rare sont les auteurs de thriller qui ont réussis un roman aussi riche.
L’écriture est fluide, et donc très agréable. Les descriptions sont si riche et réussies que j’ai dû faire des poses dans ma lecture pour ne pas me sentir mal! Très clairement, je m’y voyais!

L’histoire est très intéressante. On découvre peu à peu ce personnage qu’est Jake Cole. Il est intriguant et mène son enquête avec beaucoup de précision.
Ce n’est qu’à la toute fin qu’on comprend qui est l’assassin. Pour ma part, je n’avais pas compris. Et je pense sincèrement que même si j’avais compris j’aurai continué tant tout est bien fait!

Je note ce livre avec un bon 5/5++

Eloïze de Blanchet |
Sissie29 |
Lapopoetlesmots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Karikako
| Sacpopulaire
| V.Hugo: L'homme Aux Mu...